L’année dernière, les regards étaient tournés vers cet ouvrage architectural. En effet, on avait retrouvé sur le pont, le véhicule de l’archevêque de Bafia, Mgr Jean- Marie Benoît Balla. Et c’est à partir de cet endroit que les recherches avaient commencées pour retrouver son corps. Malgré cette sinistre réputation, le pont d’Ebebda, inauguré en 1982, reste l’un des sites touristiques les plus prisés de la commune.

Long de plus d’un kilomètre, sur la  Nationale numéro 4, il surplombe deux fleuves qui se rejoignent juste en dessous. Il s’agit de la Sanaga et du Mbam. La particularité du pont, ce sont les creuseurs de sable qui vont à la recherche de cette matière première à bord   de pirogues.

Du haut de l’édifice, on peut les voir plonger et remonter des paniers plein de sable. On peut aussi, grâce à un escalier, avoir accès au fleuve Sanaga. Ici, on rencontre des pêcheurs et même des ménagères vaquant à leurs occupations.